Voyage, voyage

Publié le par JC Lebourdais

Ce week-end, comme une fois par mois environ, j'avais decide de rentrer chez moi. Jusque-la tout va bien.

Comme d'habitude je reserve mon billet aller-retour par internet sur le site de Brittany Ferries. Quelle ne fut pas ma surprise de voir que contrairement a la procedure courante, le systeme ne me donne pas le numero de mon siege. Bon comme le pain, je ne m'inquiete pas et, le vendredi venu, je me presente a l'enbarquement. Sur mon titre de transport, point de numero de siege. La, j'aurais du avoir la puce a l'oreille, surtout en voyant la maree humaine qui se pressait devant moi dans les files d'attente des vehicules. Une fois sur le navire, je repere certains sieges marques RESERVED (ceux ou je m'assieds generalement) et d'autres sans mention. La, me dis-je, vaut-il mieux s'asseoir pour eviter les ennuis. Ayant dans ma prime jeunesse ete mordu par un oreiller radioactif, il ne me faut qu'une nano-secondde pour conjurer mon super-pouvoir et plonger dans un sommeil que j'espere reparateur (on peut rever). Au bout d'un temps que je ne saurais estimer (probablement une demi-heure) je sens que quelqu'un me tripote le bras et, percevant une voix indubitablement masculine, je me dis qu'il vaut peut-etre mieux (a regret) sortir de ma torpeur. Devinez quoi? Apparemment, l'exceptionnelle affluence de ce vendredi de fin juillet a eu pour consequence de faire que tous les sieges avaient ete reserves. Y compris ceux qui me semblaient n'etre pas sujets a reservation. Par consequent je n'avais pas de place assise, ce que le systeme informatique s'etait bien garde de me dire avant de prendre mon argent.

Oui, vous avez devine : sachant que le voyage de nuit dure sept heures, les 450 euros de mon biller A/R me donnaient le droit de rester debout ! Tout ce qui me restait a faire en la circonstance etait d'esperer une reservation non validee pour eventuellement disposer d'un siege vacant.

La morale de l'histoire ? Apparemment Brittany Ferries se permet allegrement de vendre davantage de billets qu'il n'y a de places assises. Comme la plus apre au gain des compagnies aeriennes charter.

Au dela de l'aspect purement economique, je m'inquiete de la question de la securite. Si on imagine que chaque vehicule particulier qui embarque peut contenir jusqu'a 4 ou 5 passagers, si on y ajoute les passagers pietons, le nombre que l'on obtient doit depasser largement la capacite des cabines et des sieges reservables. Je me demande par consequent combien il y a de gilets de sauvetage ou de place sur les canots ? Une par siege et par couchette ?

Resumons-nous :

- le systeme de reservation ne peut m'attribuer un siege mais prend mon argent quand meme. Dans l'aviation on appelle ca le surbooking et si je ne me trompe il y a des lois contre ca ;

- a l'interieur, sans reservation, je suis suppose passer sept heures debout, et dormir dans cette position, comme le betail, puisque contrairement au train il n'y a pas de siege digne de ce nom accessible sans reservation.

- si le navire fait naufrage, je finirai comme DiCaprio puisque il n'y a pas suffisamment d'equipements de sauvetage.

Bref, je suis toujours la, mais il s'en est fallu de peu.

Mais que fait la police ?

Publié dans Perso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article