Service pas compris

Publié le par JC Lebourdais

Une fois encore le debat fait rage sur l'opportunite de legiferer sur un service minimum dans les transports. Naturellement les gouvernements adorent pondre des lois pour le plaisir, c'est leur facon de laisser leur empreinte sur la societe, puisque le reste du temps ils sont globalement incapables de traiter les veritables problemes du pays.

Mon opinion sur le sujet est que le droit de greve est un droit inalienable, obtenu de haute lutte par des travailleurs en lutte pour leurs conditions de travail il y a bien longtemps. Pas question d'y toucher sans remettre en cause une des pierres angulaires qui font de la France une grande democratie.

En revanche, une fois encore, il semble que personne n'ait pense a la solution la plus evidente, celle qui ne met pas en cause le droit des salaries a faire valoir leurs revendications. C'est bien evidemment la concurrence. Une saine concurrence dans ce domaine (et pourquoi pas dans les autres services publics) permettrait de mettre fin au monopole d'un autre age que les francais aiment tant sauf lorsqu'il les empeche d'aller au boulot. Et accessoirement de remplir la mission de service public qui est somme toute de servir le public ; lorsqu'un pourvoyeur de transport serait incapable d'assurer sa mission, ses concurrents se substitueraient a lui pour offrir une alternative et desengorger les gares ou les stations de metro, et aussi mettre fin au mecontentement generalise qui coute si cher aux politiciens dans ces moments-la.

Trop simple sans doute...

Publié dans Societe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article